Un programme d'éducation à la vie affective, amoureuse et sexuelle

pour les personnes présentant une déficience intellectuelle légère ou modérée et les adolescents

Programme élaboré par C. Bouchet, MP. Deslauniers, M.Boutet, J.Voyer (Crédits La Maurice et Centre Québec)

Adapté et actualisé par nos soins, grâce à :

La santé sexuelle est un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social associé à la sexualité. Elle ne s'exprime pas uniquement en l'absence de maladie, de dysfonction ou d'infirmité.
La santé sexuelle a besoin d'une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, et la possibilité d'avoir des expériences sexuelles qui apportent du plaisir en toute sécurité et sans contraintes, discrimination ou violence.
Afin d'atteindre et de maintenir la santé sexuelle, les droits sexuels de toutes les personnes doivent être respectés, protégés et assurés. ( ... ) La sexualité est influencée par des facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, économiques, politiques, culturels, éthiques, juridiques, historiques, religieux et spirituels.

( OMS, 2002 )

Introduction

De nombreux textes internationaux, européens et français, énoncent un droit à l'intimité de la vie privée pour tout sujet de droit.

Si aujourd’hui, la question de l'accompagnement de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées mentales interroge, c'est que ces personnes aspirent à la normalité dans leur vie en général. Quand bien même il leur est le plus souvent difficile de parler de leur besoin, de leur désir ou de leurs craintes, il est du devoir de l'entourage de tenir compte des informations collectées et de s'en saisir pour un accompagnement adapté.

L'éducation sexuelle fait partie intégrante de la promotion de la santé. Elle se préoccupe du bien-être de la personne en répondant à ses préoccupations, mais aussi en l'aidant à atteindre des résultats positifs dans sa vie personnelle et relationnelle, grâce à une attitude éducative respectueuse faite de dialogue, de concertation, de collaboration et de connaissances.

Ce programme propose une série d'apprentissages de nature intellectuelle, affective et sociale, pour leur permettre de vivre au mieux la vie intime et favoriser l'intégration sociale.

Des constats ... à l'action

Lors d'accompagnements éducatifs, d'échanges en groupe de parole et en équipe pluridisciplinaire, il m’est apparu que les personnes présentant une déficience intellectuelle et les adolescents avaient beaucoup d' interrogations relatives à la sexualité, et des besoins identiques à la majorité des gens.

Des questions surgissant du passé,des souvenirs parfois (voire souvent) douloureux, des questions du présent relatives aux relations amoureuses, au corps. Des questions sur le mariage, sur la contraception et sur la parentalité.

Des questionnements aussi de la part des professionnels, des familles. Avec des réponses me semblant parfois inappropriées, des attitudes ne répondant pas à la question, ou des questions évincées, ou un projet institutionnel pas toujours adapté.

Il ne s'agit en aucun cas d'inciter qui que ce soit à avoir des relations affectives ou sexuelles mais de considérer ce type d'éducation comme étant :

Pour cela, je me suis penchée sur des études chiffrées et j'ai suivi une session d’apprentissage au Programme d'éducation à la vie affective, amoureuse et sexuelle, présenté par une des auteures, Madame Carole Bouchet.

Sexualité et déficience intellectuelle en chiffres

(sources : Direction Générale de l'Action Sociale et OMS)

Il est très difficile de chiffrer les agressions ou autres traumatismes subits par les personnes présentant une déficience intellectuelle. Plusieurs raisons à celà, la principale découlant directement des conséquences de la déficience intellectuelle : la personne ne sait pas si "c'est bien ou mal", si "c'est normal ou pas", et craint de n'être pas comprise, ou pas entendue.

Ce que nous savons c'est que :


Le programme

Ce programme vise à responsabiliser les personnes pour lutter contre les comportements abusifs
et se donner les moyens de protéger les plus faibles.

Le programme s'appuie sur trois éléments :

1- le "tri de cartes" adapté

C'est un support que l'intervenant peut utiliser avec les parents, les équipes éducatives, les responsables d'établissement, afin d'engager le dialogue et les échanges sur le contenu du programme et les besoins des personnes présentant une déficience intellectuelle.

2- ECARS

Cet outil ("Évaluation des Connaissances et des Attitudes Relatives à la Sexualité") est un questionnaire utilisé par l'intervenant pour une évaluation individuelle des personnes présentant une déficience intellectuelle, afin de former un groupe homogène et de déterminer les thèmes à aborder ou approfondir.

3- les fascicules thématiques

Y sont abordés de nombreux thèmes relatifs à la sexualité, de la connaissance de soi, à l’expression de la sexualité en passant par les normes sociales, la loi…

L'information, c'est dire les choses et accepter la passivité des interlocuteurs.
Un programme, c'est l'investissement de tous, dans une volonté commune de mener un projet à son terme.